De plus en plus, nous assistons au départ de plusieurs, nous vivons l’histoire des familles qui se déchire, des procès qui se déclenchent autour de l’héritage.
Plusieurs d’entre nous ont été témoins de ce que le patrimoine peut causer.
Cela ne laisse personne indifférente, nous ne pouvons ne pas nous plaindre quand nous voyons ce qui nous revient être pillés et être gaspillés.
C’est au moment de l’héritage que les vrais visages se dévoilent, que plusieurs sont parents et sont proches du défunt, que les revendications et les réclamations éclatent, que chacun veut faire valoir ses droits et c’est pour établir l’ordre que les hommes de loi interviennent et mettent de côté tous ceux qui ne sont ni la fille, ni le fils de la personne décédée et souligne les authentiques héritiers.
En ce moment, tous les pleurs, toutes les plaintes ne changeront plus rien.
N’hérite du Père que des enfants légitimes, ceux qui portent son nom, ceux qui ont son sang, ceux qui sont ses enfants sinon nous avons été déshérités.
Aussi, la loi est venue apprécier un autre cas qui n’est pas à négliger, les enfants adoptés ou reconnus qui sont rentrés dans la lignée, que le Père a récupéré pour en prendre soin, à qui il a donné une voix et il les a intégrés au sein de sa famille.
C’est la même chose avec le spirituel, c’est pareil avec Dieu.
Nous ne sommes pas tous les enfants de Dieu et nous pouvons le devenir mais ça dépend de nous.
Nous sommes toujours entrain de poursuivre les richesses du monde, nous voulons faire nos projets avant, nous voulons obtenir notre maison de rêve avant, nous marier, avoir les enfants avant mais nous ne sommes pas sûrs que si Jésus revient, nous irons au ciel avec lui, nous ne sommes pas sûrs d’être des fils, nous ne sommes pas sûrs d’être dans l’héritage, nous ne sommes pas sûrs d’avoir le nom du père sur nos actes de naissance, nous ne sommes pas sûrs que notre identité atteste notre reconnaissance.
C’est pour celà que nous devons ranger nos vies, nous devons revenir au Seigneur, nous devons nous réconcilier avec lui, nous devons rentrer sous sa couverture.
C’est nous qu’il attend, il est prêt à nous donner une nouvelle vie, il est prêt à nous ouvrir les portes de ses faveurs, de ses bénédictions, de sa gloire.
Mais la question est: sommes nous prêts?
*Être prêts* c’est accepter de se soumette, c’est obéir, c’est respecter les règles, c’est être son enfant, c’est lui faire confiance, c’est le suivre.
Que nous soyons rebelles, turbulents, violents, indisciplinés, irrespectueux… Emboitons le pas au Seigneur, embrassons cette connexion et invitons le Père à nous établir et à nous imposer dans la maison.
Dans Galates, 4:7 – Ainsi tu n`es plus esclave, mais fils; et si tu es fils, tu es aussi héritier par la grâce de Dieu.
Celebrate the Lord for he has made you an heir.
*Être un esclave* c’est être opprimé, c’est celui qui est assiégé, c’est celui qui est dominé, limité, c’est être contrôlé par son maître, c’est être soumis au maître, c’est dépendre de son maître, c’est avoir une autorité qui nous contrôle.
Le Fils est celui qui a tous les droits, c’est être libre, c’est celui qui ne discute son héritage avec personne, il est héritier du trône, il n’a pas de rival juste des frères avec qui il partage et ils règnent.
Un fils est celui qui est fait à l’image et à la ressemblance de Dieu.
Le verset nous dit donc que finis les moments de tempêtes dans nos vies, finis les oppositions inutiles qui freinent notre épanouissement, finis les forteresses que l’ennemi dresse au devant de nous, finis les pleurs face aux épreuves, le Seigneur nous a restauré, il a ressuscité notre identité et notre alliance, il a rétabli l’ordre et nous restitue ce qui est à nous.
Rentrons dans notre droit, allons lire le testament, allons connaître tout ce que nous avons reçu.
Un fils a droit à l’héritage, il doit savoir comment accéder à ses biens, il doit connaître où et comment prendre possession de ce qui est à lui, il doit même savoir où puiser ses conseils.
Un fils ne se frotte pas à tout le monde, un héritier ne se retrouve pas n’importe où.
La seule condition pour être héritier, c’est être un fils.
Dès qu’il a conscience de sa gloire, de son héritage, il doit encore faire plus attention parce que plusieurs viendront le vider, l’exploiter, le sécher, le fragiliser et le retarder dans sa marche pour qu’il perde tout et redevient comme eux.
La bible dit qu’on donnera à celui qui a et il sera dans l’abondance.
Alors si nous avons hérité de Dieu en tant que fils, faisons en bon usage si nous voulons toujours régner.
Bonjour bienaimés
Bonne journée

Onde D.