Frères, la nuit est faite pour se reposer, pour se détendre et pour se relaxer.
C’est la nuit que le diable opère, c’est en ce moment que la folie du diable atteint son pic, c’est un moment où les ténèbres sont en mouvement, c’est le noir, c’est un temps sombre, maléfique, mystérieux, c’est la détresse, c’est le désert, c’est la crainte, ce sont des moments difficiles.
Dans la nuit, rien n’est réel, tout est confus et c’est toujours en ce moment que nous pratiquons nos pires abominations.
C’est au milieu de la nuit que tout le monde dévoile sa face, que le diable se montre au grand jour, que les esprits s’entrechoquent, que l’ennemi attaque sa proie.
A minuit, nous dormons, nous sommes sans défense et sans pression, c’est nos moments d’inconscience et parfois de faiblesse.
La nuit, toutes les identités sont confondues, c’est un meli melo.
La nuit, c’est un autre monde.
Les plus grands combats, les plus grandes victoires se sont passés quand la nuit a atteint son apogée.
Le diable travaille la nuit mais c’est aussi dans ce temps que Dieu nous parle, qu’il nous donne des rêves et des songes, qu’il nous donne des directives, qu’il nous conseille et nous instruit, c’est en ce moment, que le Seigneur visite ses enfants et combat pour eux.
C’est en pleine nuit que Abimelek, a reçu des ordres du Seigneur de ne pas toucher Sara, c’est la nuit, que le Seigneur montre la royauté à Joseph, même Jésus priait beaucoup la nuit.
La nuit est aussi un moment pendant lequel nous avons le privilège de nous mettre à part pour réfléchir, méditer et écouter de Dieu.
La nuit n’est pas seulement un temps d’épreuve, c’est aussi un moment d’espérance.
C’est un temps de jugement divin, où les justes tirent leurs épingles du jeu et où les infidèles périssent.
Quand nous réussissons à percer les secrets de la nuit, quand nous réussissons de décoder le mystère de la nuit, nous nous levons pour célébrer.
Paul et Silas ont touché du doigt cette bénédiction, ils avaient été arrêtés à Philippes et jetés en prison, ils avaient des raisons de se plaindre, de s’inquiéter et se ronger les doigts, de se soucier ou de douter mais ils savaient que leur Dieu agirait, ils détenaient les clés de leur délivrance et avaient le timing pour ouvrir les portes, faire tomber les forteresses, briser les oppositions et mettre toute la ville dans la confusion.
La bible dit que quand deux ou trois se mettent ensemble pour établir un fait, c’est scellé.
C’est ensemble que nous changeons des décrets, que nous étendons nos limites, que nous renversons des mandats.
Paul et son confrère Silas se sont entendus, ils se sont dits que c’était le moment de faire voir la gloire de leur Dieu, c’était le moment d’acclamer leur Seigneur.
Si nous ne sommes pas persécutés pendant le service avec Dieu, nous devons revoir notre engagement.
Qui aurait pu penser que l’arrestation, puis la mort de Jésus était la victoire sur le monde, si les frères de Joseph avaient pensé qu’en le vendant, ils le propulsaient dans sa destinée, ils allaient revoir leur plan.
Même pour le cas qui nous concerne, si ces gens savaient qu’en jetant Paul et Silas en prison, en les empêchant d’évangéliser, qu’ils devaient faire plus la campagne d’évangélisation et de louange la plus puissante de l’histoire, ils auraient réfléchi autrement.
Voici deux gars qui ont refusé de pleurer dans leur moment amer et ils ont rendus grâce.
Au lieu de dormir, ils ont attendus quand tout serait calme, quand tout le monde serait endormi, ils se sont rassurés que tout le monde soit connecté à leur radio, en tout cas, les prisonniers étaient obligés avec de tels bruits.
Paul et Silas ne se sont pas inquiétés que c’est la nuit, les geôliers vont les tuer, tout ce qui les intéressaient, c’était de pousser des chants d’allégresse en plein milieu de la nuit.
Et voilà, le Seigneur est entré en scène, il est intervenu, la terre a tremblé, toutes les forces de la nature se sont mises en place pour œuvrer pour leur délivrance, les chaînes se sont brisées, les portes se sont ouvertes.
Voilà des prisonniers libres, ils ne se sont pas évadés mais Dieu les a libérés.
Leur louange est allée secouer le royaume de Dieu, ils ont touchés le coeur de Dieu, et tous ceux qui étaient dans cette prison reçurent également leur libération.
Tous crurent au Seigneur même les geôliers.
C’est un témoignage fort, et l’évangélisation s’est faite d’elle même et Jésus fut glorifié.
Ce récit nous fait davantage comprendre que ce n’est pas seulement dans nos moments de bonheur que nous devons avoir un coeur de gratitude, c’est aussi quand les obstacles sont dressés devant nous.
Arrêtons de penser que Dieu nous a oublié, arrêtons de croire que s’apitoyer sur notre sort nous aide, au contraire, levons nous et célébrons.
Nous disons chaque jour: *Seigneur, nous t’aimons*, *nous voulons faire de grandes choses pour/avec toi*, *nous voulons être des vases d’honneur disposés pour toi*…
Que de belles paroles de notre part au Seigneur!
L’Eternel nous aime, c’est certain mais jusqu’où sommes nous prêts à lui donner de notre temps, de notre argent, de notre espace…?
Jusqu’à quel point sommes nous disposés à faire le sacrifice?
Nous ne connaissons pas pour vous mais nous savons que c’est ce que Yaweh attend cette nuit de nous.
La bible dit que *Dieu ne sommeille, ni ne dort*, il fait donc quoi pendant que nous sommes en repos.
N’est ce pas évident qu’il veille sur nous? Qu’il nous berce? Qu’il nous défend, qu’il nous protège…
Pour ce jour donc, le père nous demande de faire un pas de sacrifice pour provoquer et attirer la loi de la misericore, la loi de l’amnistie sur nos vies et de nous lever cette nuit pour danser en son honneur.
Voilà la consigne pour notre victoire tirée dans Actes, 16:25 – Vers le milieu de la nuit, Paul et Silas priaient et chantaient les louanges de Dieu, et les prisonniers les entendaient.
Dare to spend some time praising the Lord tonight.
Et voilà.
Si nous voyons que nous passons par le feu et que ces moments de sécheresse et de confinement nous étranglent alors que la danse commence…
Bonjour peuple de Dieu.
Bonne journée

Onde D.